Le sommeil de l’enfant entre 0 et 6 ans

Rédigé par Dr Alicia Cohen (Pédopsychiatre), Dr Vincent Trebossen (Pédopsychiatre), Nesrine Bouchlaghem (Psychologue), Ana Louvel (Psychologue)

Fiches pour tous
Sommeil

Tout au long de l’enfance, le sommeil de votre enfant va se modifier en fonction de ses besoins  et présenter de plus en plus de caractéristiques communes avec le sommeil de l’adulte. Par  exemple, alors que le nouveau-né n’a pas encore de rythme jour-nuit, l’enfant qui grandit  acquiert progressivement un sommeil nocturne stable. 

Le sommeil des enfants soulève beaucoup de questions chez les parents : nous allons tenter d’y  répondre dans cette fiche en vous donnant certains repères. 

 

Comment s’organise le sommeil ? 

Avoir un rythme veille/sommeil régulier dépend de deux systèmes qui mettent en jeu plusieurs  facteurs tels que le temps depuis lequel l’enfant est éveillé (régulation homéostatique) ou encore  l’alternance du jour et de la nuit soit une régulation du sommeil sur 24 heures (régulation  circadienne). 

Ainsi, et tout comme chez l’adulte, le sommeil de l’enfant est organisé en cycles comprenant  chacun deux phases. La première, le “sommeil lent” correspond au moment où l’activité  cérébrale diminue : le sommeil peut aller de très léger à très profond. La seconde, le “sommeil  paradoxal” correspond à une activité intense du cerveau : c’est le moment d’apparition des  rêves. Il faut savoir que nous avons entre 4 et 6 cycles par nuit et que leur durée varie selon  l’âge. 

 

Combien de temps mon enfant doit-il dormir par jour ? 

La durée de sommeil par 24 heures dépend principalement de l’âge de l’enfant. La National  Sleep Foundation, en 2017, a évalué les durées du sommeil par tranches d’âge. Ces valeurs sont  données à titre indicatif, et à moduler en fonction des particularités individuelles de chaque  enfant car vouloir mettre l’enfant au lit trop tôt ou trop tard pourrait gêner l’endormissement.

https://sommeilenfant.reseau-morphee.fr/enfant/sommeil-de-lenfant/ 

 

A quel âge mon enfant va-t-il faire ses nuits ? 

C’est une question qui revient régulièrement lors des consultations médicales et qui signifie  souvent “à quel âge mon enfant n’aura plus besoin de manger la nuit?” Si nous devions donner  un âge moyen, un nourrisson devrait commencer à faire ses nuits entre 6 et 8 mois. Cependant,  l’acquisition d’un rythme régulé sans réveil dépendra de plusieurs facteurs, raison pour laquelle  il y a tant de différences d’un enfant à l’autre. 

Il faut tout d’abord savoir que la régulation de l’alternance jour/nuit, c’est-à-dire le rythme  circadien, ne se met en place que vers 3 mois. De plus, plus le bébé va grandir et plus il va  acquérir de nouvelles capacités (position assise, marche…) ce qui entraînera un impact sur son  sommeil. Enfin, il y aura une différence notable chez les bébés allaités pour qui cela pourrait  prendre plus de temps. Sachez toutefois que la diversification alimentaire est l’un des facteurs  entrant en jeu dans l’acquisition d’un sommeil plus régulé. 

Dans tous les cas, vous pourrez aider votre petit à distinguer plus rapidement le jour et la  nuit en modifiant votre comportement pendant ses réveils nocturnes : parler plus bas, privilégier  une lumière tamisée, pas de jeux… Ainsi votre bébé comprendra qu’il faut se rendormir. 

 

Lui donner plus à manger avant de dormir lui permettra-t-il de moins se réveiller la  nuit ? 

C’est une fausse croyance ! Il ne faut surtout pas forcer votre bébé à boire plus qu’il ne le  voudrait avant le coucher car cela n’influence pas ses cycles de sommeil et pourrait lui causer  un inconfort, ce qui serait contre-productif. 

 

Dois-je le laisser pleurer s’il ne fait pas ses nuits ?

Tout d’abord, gardez à l’esprit que les pleurs sont le seul outil de communication d’un bébé.  Quoiqu’il puisse ressentir (faim, inconfort, peur…) il l’exprimera par ce moyen. D’un autre  côté, qui n’a jamais entendu dire “laisse le pleurer, il apprendra à se calmer tout seul” ? 

Lorsqu’il se réveille, essayez de temporiser. S’il ne pleure pas, n’allez pas tout  de suite le voir dans sa chambre, il s’agit de lui donner l’opportunité de se rendormir seul. S’il  se met à pleurer, vous pouvez aller le réconforter, lui parler, le rassurer d’une voix douce et  calme. Au besoin, prenez le dans vos bras ou touchez-le simplement dans son lit, massez-le, le  tout dans un environnement calme, tamisé. 

Note aux parents : 

Il est normal de se sentir dépassé, éprouvé par les pleurs de bébé. Lorsque les pleurs sont répétés  et que les nuits sont courtes, les conseils avisés peuvent vite être oubliés. Dans ce cas, n’hésitez  pas, faites-vous aider, si cela est possible, demandez un relai à l’autre parent. Si vous vous retrouvez dans une  situation difficile, il vaut mieux déposer votre enfant dans son lit, sur le dos et quitter la chambre  le temps de retrouver son calme. 

Est-il préférable que mon enfant dorme seul ou dans la chambre parentale ? 

L’académie américaine de pédiatrie et l’OMS recommande de dormir dans la même pièce  que le nourrisson pendant au moins six mois afin de réduire les risques de mort subite. La  proximité, en plus de rassurer bébé et ses parents, aide à la vigilance et permet de mieux  connaître et répondre aux signaux donnés par leur bébé. 

Attention toutefois aux risques liés au “co-sleeping” ou “co-dodo.” En effet, un lit adulte n’est  pas adapté au nouveau-né qui est trop petit pour les couvertures et autres couettes. Privilégiez  donc les solutions intermédiaires telles que mettre son lit dans la chambre parentale ou investir  dans un berceau co-dodo conçu pour se coller au bord du lit parental laissant à bébé son espace. 

Comment instaurer un rituel du coucher ? 

Un enfant, dès sa naissance, va avoir besoin d’aide pour construire son rythme de sommeil.  L’après-midi pour la sieste ou le soir pour la nuit, vous pouvez lui donner des repères et un  cadre pour dormir. Créez un moment calme, instaurez un rituel et répétez les mêmes gestes tous  les soirs. Vous pouvez imaginer votre propre rituel en respectant quelques règles : ce moment  doit être paisible, évitez donc tous les jeux qui pourraient l’exciter (chatouilles, cris, …). Évitez  d’attendre que votre enfant soit endormi pour le mettre dans son lit afin qu’il apprenne à  s’endormir seul. Enfin, prévoyez un rituel court afin de ne pas gêner l’endormissement.

Jusqu’à quel âge mon enfant doit-il faire une sieste ? 

Pendant sa première année, votre bébé à besoin de faire de nombreuses siestes. La sieste du matin disparaît entre 15 et 18 mois alors que celle du début d’après-midi perdure  jusqu’à 2 à 5 ans. Cependant, il n’est pas rare qu’un enfant de 2 ans ne fasse plus de sieste,  surtout si la durée de son sommeil de nuit est importante. 

Idéalement, la sieste d’après-midi se déroule en début d’après-midi pour ne pas gêner  l’endormissement nocturne. 

Quand le sommeil devient un problème … 

Un sommeil de qualité est important pour le bon développement, il permet de réguler la  production de plusieurs hormones, améliore la réponse immunitaire, permet de consolider les  souvenirs et les apprentissages. Pourtant, les troubles du sommeil sont fréquents chez les  enfants et peuvent perturber la vie quotidienne de nombreuses familles comme nous le verrons dans de prochaines fiches.

. Qu’il s’agisse d’insomnies, de difficultés d’endormissement ou de réveils nocturnes, les  conséquences peuvent être importantes allant des troubles du caractère (irritabilité) aux troubles  des apprentissages (problème d’attention, difficultés verbales et/ou motrices). Veillez donc à  rester vigilant face à ces situations qui peuvent durer dans le temps : si vous êtes dans ce cas,  parlez-en à votre pédiatre ou à votre médecin. 

Sources : 

  • Réseau Morphée https://sommeilenfant.reseau-morphee.fr/
  • Site proposé par les équipes sommeil du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon: http://sommeil.univ-lyon1.fr/index_f.php
  • National Sleep Foundation https://www.sleepfoundation.org/
  • https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/troubles-sommeil-enfant/sommeil-enfant evolution-etapes
  • https://www.psychologytoday.com/intl/blog/moral-landscapes/201112/dangers crying-it-out

 

Partager la fiche
Articles similaires

Ce site ne remplace en rien un avis médical. En cas d’urgence, appelez le 15 ou le 112.